Accueil > presse > TOK > Le Dauphiné Libéré

Le Dauphiné Libéré

lundi 2 novembre 2009, par aguy

Coup de coeur : TOK, Entre cirque et poésie
Il est de ces univers enchanteurs qui ne laissent personne indifférent. Celui de "Tok", dont la magie ne faiblit pas une seconde et qui entraîne son public dans un voyage digne des plus beaux rêves d’enfants, en fait partie.
La compagnie du P’tit Cirk nous fait bien vite oublier qu’il s’agit d’un spectacle.
Qu’on le doive à ce décor épuré brillamment vivifié par une interprétation sans faille ou à cette mise en scène dans laquelle joie et mélancolie se côtoient dans une danse enivrante, une chose est sûre : la frontière entre cirque et poésie n’existe plus.
Sous le chapiteau, quatre protagonistes déroutants se partagent la vedette. "Madame le colonel", danseuse exceptionnelle, a bien sûr toujours le dernier mot... Elle est accompagnée d’un contrebassiste, dont la housse attend le moment propice pour s’animer, et d’un agile personnage aux bras étrangement longs victime d’un improbable lancer de ventouses.
Tous progressent au son d’un joueur de bandonéon impassible qui a aucun moment ne fausse compagnie à cette tendre évasion.
Rivalisant de trouvailles malicieuses, "Tok" s’achève sur une scène de trapèzes.